Au large de Mayotte, une chaîne de solidarité pour évacuer un homme gravement malade

Mardi 19 juillet, la station SNSM de Dzaoudzi a effectué une intervention en relai avec le « Marion Dufresne II », plus grand navire de la Flotte océanographique française. Grâce à leur action conjointe, un membre malade de l’équipage d’un bâtiment de marchandise a pu être évacué.
Le Marion Dufresne II, plus grand navire de la Flotte océanographique française
Légende
Les sauveteurs de Mayotte sont intervenus conjointement avec le « Marion Dufresne II », plus grand navire de la Flotte océanographique française. © Delille Daniel

Une chaîne de solidarité à l’autre bout du monde, qui se termine sur un bateau de la SNSM. Le 19 juillet, un navire de commerce, le STH Montréal, signale qu’un membre de son équipage est malade. Une évacuation d’urgence est demandée, alors que le vraquier de 200 mètres de long se trouve entre Mayotte et Madagascar, en plein océan Indien.

Heureusement pour le malade, une embarcation atypique se trouve non loin, avec un médecin à son bord : le Marion Dufresne II, le plus grand navire de la Flotte océanographique française. En mission de recherches, il transporte 75 étudiants scientifiques, des métiers maritimes ou en formation artistique, pour « échanger et apprendre autour des enjeux de l’océan de demain ».

Quelques heures à peine après l’appel à l’aide du STH Montréal, le Marion Dufresne II arrive sur zone. Trois membres de son équipage, dont le médecin, montent à bord du navire de commerce. La station SNSM de Dzaoudzi, à Mayotte, est mise en alerte pour qu’elle se prépare à une éventuelle évacuation.

Quelques minutes plus tard, le verdict du médecin tombe. Le malade doit être hospitalisé le plus rapidement possible. Le SNS 976 Tamani rejoint alors les deux navires pour prendre en charge le quinquagénaire. Une fois à bord, les bénévoles de la SNSM le ramènent rapidement à Mayotte, où le SAMU l’attend déjà.

Les sauveteurs prennent soin du malade pendant son transfert vers Mayotte..
Les bénévoles de la station de Dzaoudzi prennent soin du malade pendant son transfert vers Mayotte.

Article rédigé par Alexis Haton